Newsletter

Les Chemins de la Photographie d’Ascain 2018

Le Festival de Photographie du Pays Basque

9 JUIN > 9 AÔUT  2018  /  5ème édition

 

https://www.festives.net/
https://www.festives.net/les-photographes/francesca-di-bonito/

 

DOSSIER DE PRESSE

 

RITES  SYMBOLES LIBERTÉ

 

Les Chemins de la Photographie naît grâce à l’énergie et à l’amour pour le partage de deux auteurs photographes, Patrick Ondicola et Raphaël Cauhépé-François qui, avec le soutien de la Mairie d’Ascain, débutent une récupération des lieux et de l’espace public du village. Ses murs et ses commerces, sont ainsi rhabillés par des visions transfrontalières et des regards venus du monde entier.

Une terre, un pays, quarante-huit photographes. Et un festival unique, créé en 2014, qui emprunte les Chemins de la Photographie d’Ascain, en plein Pays Basque. Entre la France et l’Espagne, un territoire, une forte identité, tenace dans ses convictions et ses ambitions, une culture riche d’une vitalité qui enjambe allègrement les frontières établies par les états.

Ce n’est pas un hasard si le festival a choisi cette année pour thème central Rites, symboles et liberté. Des concepts à la fois sociaux, culturels, philosophiques et idéologique, qui embrassent en grand format ce qui fonde les sociétés. Qu’ils soient sacrés ou profanes, qu’ils appartiennent à la nature ou aient été créés par la main de l’homme, les rites et les symboles distinguent autant qu’ils rassemblent.

 

 

Sans autre parti-pris que celui de l’esthétique, le festival présente la diversité des croyances et des mythes comme le principe fondateur et moteur des communautés humaines, et fait la part belle aux basques, démontrant en images à la fois la pluralité de l’interprétation du sacré – sans négliger les rassemblements plus contemporains et plus ancrés dans une modernité sociétale – et interrogeant le spectateur sur son appartenance physique ou spirituelle, admise ou fantasmée, à un groupe.

Si le sacré, voire le folklorique, sont considérés comme une réponse à l’omnipotence de la nature, les thèmes plus actuels tels que les migrations, l’exclusion sociale, les revendications identitaires, religieuses ou politiques appartiennent également à notre univers et posent la question fondamentale de la liberté, ou plus précisément des libertés. Individuelles ou religieuses, elles touchent à la fois les corps et les âmes, et s’entrecroisent dans un même mouvement, celui d’une dynamique humaine bouleversée par la modernité. Une dynamique aujourd’hui encore tentée par le repli cultuel ou identitaire face à la disruption d’une frontière définie entre soi et l’autre, entre la coutume et le changement, et dont la conséquence historique a toujours été une perte progressive ou totale des libertés.

 

Le Festival

 

 

Reliques Actuelles à Lampedusa

 

 

Reliques Actuelles

Reliquaires; Technique mixte, coquillages, visuels photographiques, perles, 2015

 

MIGRATIONS  PROJECT

Pictures  (l’intégralité des visuels actuels)
Reliques actuelles (Reliquaires)
Merry Christmas 17 (Articles)

 

L’Office des Migrations Internationales (O.M.I) estime que 25 000 migrants et réfugiés sont décédés en traversant la Méditerranée depuis le début des années 2000.

 

Reliques actuelles est un hommage plastique aux victimes des flux migratoires des dernières années. Par le choix d’une pratique autre que la photographie directe sur le terrain, loin du répertoire médiatique habituel, les dispositifs des reliquaires construisent un document où la photographie est à la fois témoignage et matériau.

L’œuvre se constitue de visuels anonymes, tirés d’archives web, intégrés au sein de coquillages grâce à une pratique artisanale qui fait écho aux reliquaires religieux et baroques. Dispositifs symboliques et mémoriels, ces objets détournent le rapport de vénération et de réconfort propre à la relique sacrée.

Reliques actuelles fige en effet la présence de l’immigré anonyme. Le sujet s’extrait ainsi de sa disparition pour occuper un espace vivant, celui d’une mémoire vigilante et d’un témoignage actif.

 

Reliques actuelles 04_Reliquaire; technique mixte, coquillage, visuel photo, perles, 2016

Reliques actuelles 01_Détail; Relique, technique mixte, coquillage, photographie, perles, 2016

 

MIGRATIONS

MIGRATIONS

 

WORK IN PROGRESS

2016 –

 

MIGRATIONS  PROJECT

Pictures  (l’intégralité des visuels actuels)
Reliques actuelles (Reliquaires)
Merry Christmas 17 (Articles)  

 

Migrations est une recherche sur les flux cycliques qui habitent les corps biologiques et sociaux. M. est une expérience visuelle et plastique qui étudie la migration au sens large, soit l’ensemble des phénomènes de déplacement et de transformation des vivants. Les migrations y sont données à voir comme des flux géographiques motivés par des impératifs économiques et politiques, mais aussi comme des flux temporels où l’individu se retrouve confronté à la puissance des cycles de la vie – reproduction, naissance, vieillissement, mort. Les cycles biologiques (corps vivants) et les déplacements de populations (corps sociaux) se retrouvent ainsi dans un même mouvement, tous deux étant des élans naturels et impérieux qui s’interpénètrent.

Le processus de Migrations est une dialectique entre formes documentaires et scientifiques. Enjeux géopolitiques et flux cellulaires jouent un récit inexorable où les responsabilités anthropiques, entourant les difficiles conditions des passages migratoires, se dévoilent tout au long du processus créatif.

Migrations est un projet pluriel, dans ses formes et dans ses lectures. L’installation in loco est conçue pour retranscrire la notion de flux : sans réel début ni fin, elle tisse un réseau de signifiants qui se répondent et se répètent au gré du chemin choisi, sans lecture directionnelle ni dirigée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ORGANIC SELFIES

Série photographique, 30 x 40 cm, 2018

 

« Voulez-vous photographier mes défauts ? »

 

ORGANIC SEFIES est un voyage photographique dans la génétique des peaux
et des membres.

 

ORGANIC SELFIES #10_30X40cm_2018

Dans ce monde où le toucher et l’expérience s’évaporent devant la peur de la découverte de soi-même et de l’autre – générant une solitude habitée par l’effort constant de dépasser nos limites les plus naturelles – nous confions notre identité à l’image manipulée.
A une image très lointaine de ce que nous sommes et souvent très proche de ce que nous voudrions apparaître ou être. Assujettis à une pression sociale constante qui vise à la perfection des corps en dépit de leur évolution organique au fil du temps, un sentiment d’insuffisance s’empare des êtres ; et surtout des femmes qui avec difficulté assument leur propre structure physique jusqu’à désirer nier la génétique même de leurs formes.

Les signes de leur vécu corporel, les traces de leurs transformations charnelles – inhérentes à tout parcours d’un organisme vivant – sont désormais autant de défauts ou d’erreurs à corriger et à occulter. Ce qui est biologique, humain et « normal » devient disgracieux et méprisable.

 

 

 

Si les réseaux virtuels sont le plus vaste champ de partages et d’interactions aujourd’hui, ils sont aussi nos principaux outils de communication et de recherche au moyen des visuels et des informations numérisées que nous choisissons de diffuser.

Que deviennent alors nos traits, nos peaux et nos figures dans le flux de ces échanges autant humains que virtuels ? Dans cette ère où nous évaluons les sujets à l’aune de leurs selfies et de leurs notes à étoiles, quelle est l’image que nous envoyons de nous-mêmes ?

Une image très lointaine de ce que nous sommes et très proche de ce que nous voudrions apparaître ou être. Une métamorphose esthétique qui dépasse l’embellissement ou l’hybridation des formes. Une image presque fantastique tellement elle est irréelle. Un reflet de soi, dépersonnalisé et synthétisé, un avatar à la recherche d’appréciations et de consensus, tous carrément virtuels.

Des selfies « hors temps » mais surtout « hors nature ».

Avec ironie et légèreté, agissant par détournement, je me suis servie des cadres-photo à l’esthétique lisse et plane proposés par défaut par les applications téléphoniques pour enregistrer des fragments de figures humaines.

 
ORGANIC SELFIES ne partage pas le beau du laid mais explore la normalité du corps et de son réel. Saines et sans pathologie, ni somatisations ou anomalies, les structures corporelles des femmes de ce projet sont tout simplement normales.
Au cœur de scénographies bucoliques et joviales, des grains de beauté, des vergetures, des rides, des tâches de naissance, se dévoilent et s’écrient.

 

 

ORGANIC SELFIES #11_30X40cm_2018

Reliques actuelles

Reliquaires; Technique mixte, coquillages, visuels photographiques, perles, 2015

 

MIGRATIONS  PROJECT

Reliques actuelles (Reliquaires)
Pictures  (l’intégralité des visuels actuels)
Merry Christmas 17 (Articles)  

 

L’Office des Migrations Internationales (O.M.I) estime que 25 000 migrants et réfugiés sont décédés en traversant la Méditerranée depuis le début des années 2000.

Reliques actuelles est un hommage plastique aux victimes des flux migratoires des dernières années. Par le choix d’une pratique autre que la photographie directe sur le terrain, loin du répertoire médiatique habituel, les dispositifs des reliquaires construisent un document où la photographie est à la fois témoignage et matériau.

L’œuvre se constitue de visuels anonymes, tirés d’archives web, intégrés au sein de coquillages grâce à une pratique artisanale qui fait écho aux reliquaires religieux et baroques. Dispositifs symboliques et mémoriels, ces objets détournent le rapport de vénération et de réconfort propre à la relique sacrée.

Reliques actuelles fige en effet la présence de l’immigré anonyme. Le sujet s’extrait ainsi de sa disparition pour occuper un espace vivant, celui d’une mémoire vigilante et d’un témoignage actif.

 

Reliques actuelles 04_Reliquaire; technique mixte, coquillage, visuel photo, perles, 2016

 

Reliques actuelles 02_Reliquaire; technique mixte, coquillage, visuel photo, perles, 2016

Reliques actuelles 02_Reliquaire; technique mixte, coquillage, visuel photo, perles, 2016

 

Reliques actuelles 01_Reliquaire; technique mixte, coquillage, visuel photo, perles, 2016

 

Enregistrer

Enregistrer

MERRY CHRISTMAS & HAPPY HOLIDAYS

 

MIGRATIONS  PROJECT

 

Merry Christmas 17 (Articles)
Reliques actuelles (Reliquaires)
Pictures  (l’intégralité des visuels actuels)

 

 

Christmas 17-#4, Migrations Project; Snow globe; Sandal burnt, flakes;
Single work of art, 22 x 16 x 12 cm, 2017

 

Christmas 17- #1, Migrations Project; Candlestick; Hair, candle, pearls;
Single work of art, 30 x 25 x 25 cm, 2017

 

Christmas 17- #5 / Migrations Project; Christmas wreath; Hair, pearls;
Single work of art, 90 x 70 x 12 cm, 2017

 

La danse d’ Aurore

 

 

LA DANSE D’ AURORE, 2017
©Francesca Di Bonito / Montage : Caterina Gueli

 

Aurore est un être de trois âges.
Elle est née il y a huit ans. Elle a des capacités cérébrales d’un enfant de deux ans et elle habite le corps d’une adolescente de quatorze.
Aurore ne parle pas. Elle ne fera jamais l’amour et ne sera jamais autonome.
Aurore aime le vent, l’eau et les poires.
Son être vit dans une dimension spatio-temporelle lente et rapide à la fois.
Le temps et son écoulement ne participent pas à l’existence d’Aurore puisque son état mental ne connaîtra aucune évolution.
Si son cerveau est bloqué, le corps d’Aurore vole, danse, rit, lutte, tourne, tombe et hurle.
Car le mouvement frénétique de ses mains et ses cris aigus sont son seul alphabet possible.

Aurore est atteinte par une forme « légère » du Syndrome de Rett.

 

 

 

Chairs Dévotes

Sept sculptures photographiques, couture s/photographie, objets divers ; caissons en bois
260 x 150 x 12-16 cm & 130 x 100 x 12 cm, 2014

Série intégrale

 

Chairs Dévotes

Textes & Fiches techniques 


Presse 
ArtsHebdoMédia ©Samantha Deman

Dossier de presse / Solo showParis ©Simone Dibo-Cohen, Présidente de l’UMAM

 


Chairs Dévotes
 puise ses origines dans une recherche plastique autour de l’anatomie humaine et des procédés d’intervention artisanale sur la matière photographique.

Le récit se construit par métamorphose, au moyen de la couture manuelle et du collage numérique. Les visuels, figurant des statues aux formes classiques et à l’allure mystique, hébergent des illustrations anatomiques ainsi que le volume d’objets vernaculaires cousus, points d’ancrage d’une chronique glissés de fil en aiguille.

Chairs Dévotes est une œuvre polysémique qui aborde les enjeux liés au sacré, où le sentiment du credo se confronte à la dimension terrienne et organique de la foi.

 

 

Détail_MADRE, sculpture photographique, technique mixte, 260 x 160 x 16 cm, 2014

 

Promenade fertile, sculpture photographique, technique mixte, 200 x 100 x 12 cm, 2014

 

La Castration de l’amour, technique mixte, 130 x 100 x 12 cm, 2014

 

La Vanité du foie, sculpture photographique, technique mixte, 130 x 100 x 12 cm, 2014

 

Détail_L’apnée du jugement, sculpture photographique, technique mixte,130 x 100 x 12 cm, 2014

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NAISSANCE

Série de dix photographies, édition limitée -7 ex., 100 x 100 cm, 2012

http://www.francescadibonito.com/naissance/

 

Naissance est une œuvre où la vie et la mort, mises en scène avec humour et autodérision, se répondent comme une ombre, un alter ego.
Créatures grotesques, étrangement séduisantes, ces femmes nous guident dans l’exploration du rêve et de l’imagerie fantastique, mettant l’accent sur leur condition. Hybrides, altérées, elles jouent un récit tendu à la frontière entre réel et fiction, questionnant ainsi les archaïsmes et les enjeux du genre.
Étrange mascarade qui se raille des canons traditionnels, des passages obligés de la vie d’une femme devenant mère.

 

 

Naissance 03_Edition of 7 (1/7)_100 x 100 cm_2012

 

 

Naissance 09_Edition of 7 (1/7)_100 x 100 cm_2012

 

 

Naissance 01_Edition of 7 (2/7)_100 x 100 cm_2012

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Family X Ray

Série de dix photographies, technique mixte (photographie et radiographie), édition limitée -7 ex., 50 x 37 cm (6 œuvres) &
200 x 150 cm (4 oeuvres), 2010

http://www.francescadibonito.com/family-x-ray-2/

 

Des fragments de radiographies révèlent l’univers intime d’un album de famille. Chargées d’émotion et de vécu, ces photographies narrent un récit de vie où le passé, le présent et le futur se surimpriment inexorablement.

Armature du vivant, essence brute et impersonnelle de l’humain, le squelette est ce qui restera. Protagonistes de la Fête des Morts, ces figures proclament leur absence à venir sur une surface envahie par le constat, comme disait Roland Barthes, de ce que l’on est. Personnages et souvenirs qui, dans cet instant éternel, abordent la vanité des êtres et des choses.

 

Family X Ray 06_Edition of 7 (1/7)_50 x 37 cm_2010

 

 

 

Enregistrer