SORTIE FAUVE

Dans un parking souterrain, une tête de lion sur un corps de femme cherche une issue.
Une gueule carnavalesque de couleur fauve joue sa performance.
Elle est mélancolique, troublante, tendre, grotesque. Paradoxale dans sa duplicité.
Les lignes froides alternent avec les lumières brûlées des néons, dans un espace laissé
à sa nature.
Un triptyque en plan fixe au cœur d’une scénographie urbaine aux teintes métalliques.
A genoux, docile et innocente, au centre des trois étapes d’un même tableau, cette figurine
enfantine dans une chair de femme se questionne et nous interroge.

SORTIE FAUVE est cet instant fragile entre civilisation et animalité, image fixe et image
animée. Comme des extraits d’un film tourné en caméra fixe, défilant en boucle,
ces trois images brouillent et dérèglent les limites des genres visuels.

Par sa forme, évoquant le registre pictural classique du triptyque, SORTIE FAUVE se déploie
comme un « montage du temps », sortant l’acte photographique de l’instantanéité qui
le caractérise. Ainsi, l’écoulement du temps est traité selon les modèles
pré-cinématographiques de la fin du XIXe siècle. Cette pratique de l’instant patient induit
alors un échange avec le sujet photographié, un jeu dialectique qui produit une écriture
de la métaphore, de l’allégorie, du récit.

Telle une fantasmagorie visuelle, cette œuvre confronte un cadre extrêmement rigide,
si typique de la civilisation de l’automobile et de l’empilement humain, et un modèle féminin
qui donne à voir la fiction de la vie sauvage contrariée par ce cadre souterrain.
Reflet de l’état réel, et encore actuel, du rôle de la femme dans la société moderne.

Où est la sortie ?

SORTIE FAUVE

Triptyque photographique, 2009
Performance
70 x 47 cm, 2009

TRIPTYQUE PHOTOGRAPHIQUE - PERFORMANCE